Actualité | Disciplines | Elevage

L'histoire du sport équestre aux JO

Les Jeux Olympiques de Tokyo battent leur plein en ce moment, et vous êtes peut-être accroché(e)s à vos pc pour suivre la compétition équestre. Pour l’occasion, Mon Cheval s’est approfondi dans l’histoire de notre sport aux Jeux Olympiques, question de se mettre dans l’ambiance !

 

Les compétitions équestres sont aujourd’hui parmi les sports les plus populaires aux Jeux Olympiques, à en croire la Fédération Equestre Internationale, et réunissent tant les mordus du sport que le public qui ne s’intéresse pas du tout au dressage, au complet ou au CSO en dehors des JO. Notre sport fait partie intégrale des Jeux Olympiques depuis plus d’un siècle. Nous avons retracé l’histoire des sports équestres aux JO pour vous, agrémenté de quelques faits marquants.

L’histoire des Jeux Olympiques comme nous les connaissons aujourd’hui commence à la fin du 19ième siècle. Remarquant un enthousiasme accru pour le sport ainsi qu’un intérêt plus marqué pour les Jeux de l’Antiquité et l’organisation, partout en Europe, de petits évenements sportifs, l’historien français Pierre de Coubertin développe le concept d’un événement sportif international et regroupant plusieurs sports. Ce sera ce même Pierre de Coubertin qui fondera ensuite le Comité Olympique International. Les premiers Jeux se tiennent à Athènes, là où ils sont nés, en avril 1896.

Ces premiers Jeux étant un véritable succès, l’organisation décide d’ajouter 10 sports aux 9 du début d’ici l’édition suivante, incluant le sport équestre. Les Jeux Olympiques de 1900 à Paris comprenaient le saut d'obstacles, le saut en hauteur et le saut en longueur ainsi que l'attelage à quatre chevaux ainsi qu’une épreuve combinée « hacks et chasseurs », où les cavaliers devaient présenter pas, un trot et un galop sur le plat puis sauter deux obstacles bas.

Saviez-vous d’ailleurs que 2 de ces 3 toutes premières rubriques équestres aux Jeux Olympiques furent remportées par des belges ? Aimé Haegeman remporta la médaille d’or dans le saut d’obstacle, alors que Constant van Langhendonck s’empara de la victoire dans le saut en longueur !

Malheureusement, il n’y a pas eu de rubriques équestres aux deux éditions suivantes de 1904 et 1908, mais l’équitation était de retour en 1912 et restera une rubrique fixe et appréciée des Jeux à partir de là. Les JO de Stockholm de cette année comprenaient le dressage, le complet et le saut d’obstacles, voulant attirer les cavaliers de formation militaire. Un pari réussi, car pas moins de 10 pays représentés par 60 cavaliers ont pris part dans cette édition. Plus de 25.000 spectateurs ont suivi les événements de près.

Saviez-vous que l’épreuve de saut d’obstacle consistait d’un parcours de 15 obstacles d’une hauteur maximale de 1.4 mètres, dont quatre devaient être sauté deux fois ? Et que le dressage ne comprenait alors ni piaffe ni passage, mais cinq sauts d’une hauteur jusqu’à 1m10 ? A la fin du programme, les combinaisons devaient sauter un cylindre décoré roulant vers eux. Des points supplémentaires étaient accordés aux cavaliers qui montaient en tenant les deux rênes dans une seule main.

En mai 1921, les délégués de dix organisations équestres nationales se réunissaient à Lausanne pour discuter d’un projet de fédération internationale. Ce fut la fondation de la FEI comme nous la connaissons aujourd’hui, il y a exactement un siècle…

Nous terminons cet article avec quelques faits et moments particuliers de l’histoire du sport équestre aux JO.

  • Depuis 1912, 2 067 cavaliers représentant 65 pays ont disputé approximativement 4000 fois la compétition olympique. La plupart des cavaliers ne participent qu’une seule fois. Toutefois, 43 de ces cavaliers ont participé à cinq éditions ou plus des Jeux Olympiques : Ian Millar (CAN) avec neuf participations, les frères d’Inzeo (ITA), avec huit participations and Michael Plumb (USA) avec sept participations olympiques.
  • L’équitation est un des rares sports où hommes et femmes s’affrontent à armes égales, à tous les niveaux de la compétition olympique. C’est aussi le seul sport qui réunisse deux athlètes : le cheval et le cavalier. La clé de leur réussite dépend de leur complicité et de leur respect mutuel.
  • L’Allemagne est le pays le plus médaillé dans le sport équestre aux Jeux Olympiques, avec 25 médailles à son titre. La Suède en a 17, la France 14. Le pays a également remporté chaque dressage par équipe depuis 1984, avec l’exception de Londres 2012 où l’équipe britannique s’est emparé de l’or. Isabelle Werth est la cavalière la plus décorée du sport : elle a remporté pas moins de 11 médailles olympiques.
  • Le Royaume Uni est la seule nation à avoir remporté une médaille d’or à chaque édition des Jeux Olympiques dans les disciplines équestres.
  • Un tiers des chevaux présents à Tokyo sont des chevaux belges ! En effet, 25 des 90 chevaux ont été élevés dans notre pays, véritable plaque tournante de l’élevage. Plus précisément, il s’agit de 13 CsB, 9 Zangersheide et 3 SbS. Les chevaux belges ont d’ailleurs l’habitude de décrocher des médailles aux JO : 5 des médailles à Londres (2012) étaient pour des chevaux élevés en Belgique, 7 à Rio (2016).

 

Sources :

Comité International Olympique

Fédération Equestre Internationale

theequestrian.com.au

 

 

 

Vous devez vous connecter pour lire les éventuels commentaires à cet article.

Créer un compte ou Se connecter (si vous avez déjà un compte)

Membres

5268

photos

2063

likes

2324